• Accueil
  • > Recherche : subversif exemple

DO RE MI FA Censure…

5092007

DO RE MI FA Censure... CPS.HHT81.290807124824.photo00.quicklook.default-245x171

Comme annoncé ailleurs, et comme le savent sûrement certains d’entre vous nous avons eu la joie et la privilège de tester pour vous le phénomène d’exclusion d’un Forum Internet.

En effet aussi bizarre que ça puisse paraître l’utilisateur que nous sommes a vu dans ce bannissement virtuel une mise à l’écart réelle, car bien qu’on puisse toujours joindre les membres de la communauté par divers moyens, nos habitudes d’internaute s’en trouvent changées et c’est assez déplaisant comme sentiment.

On peut bien sur revenir sur le Forum sous un autre pseudonyme, via un serveur proxy pour cracher toute sa haine sur les modérateurs, mais à quoi bon?

Le seul perdant au Final c’est le Forum lui même, qui a perdu des membres qui y participaient activement, et l’enrichissaient de jour en jour.

Tout cela nous amène à réfléchir tout de même, à un problème plus sérieux que les aléas de nos simples vies paisibles d’internautes nonchalants.

Il y a de part le monde, et de plus en plus des pays qui restreignent les libertés individuelles, qui s’immiscent dans nos choix et qui veulent dominer la pensé en l’empêchant de s’exprimer.

La censure a toujours été un outil de contrôle politique et ce depuis que la notion de pouvoir est apparue sur cette terre. Mais alors qu’on croyait que les nouvelles technologies allaient permettre de révolutionner la transmission de l’information, en la décentralisant et en faisant de l’individu le centre et la source même de cette information, nous voyons des organismes étatiques faire main basse sur les chaînes de télévision, les radios, les journaux et même internet…

On peut comprendre que l’information ou la désinformation (question de point de vue) puisse constituer un danger pour la stabilité d’un état en proie à des querelles internes, mais est ce nécessaire de prendre les gens pour des imbéciles et de restreindre leur liberté de pensé juste pour simplifier la vie des services d’information de l’état?

Prenons l’exemple le plus poignant, la Chine en l’occurrence. Ce pays qui monte de plus en plus économiquement, qui fait de plus en plus peur aux puissances occidentales, est l’exemple même de l’état qui ne vit que par la censure.

Toute cette puissance on le sait, la Chine la doit essentiellement à sa main d’oeuvre à bas coûts, et aux détournements des technologies élaborées par d’autres pays.

Beaucoup de gens s’enrichissent la bas, mais toujours au dépend de la masse qui vit sous l’oppression, que ça soit dans les usines ou dans les champs, on exproprie les villageois pour les besoins de gros industriels, et on déshumanise le travail transformant les ouvriers en machine à profit.

Et pour enfoncer le clou, on pose des barrage même sur le net, empêchant les gens d’accéder à certains sites de défense des droits de l’homme, à la pornographie et aux jeux d’argent.

Reste que le pire c’est l’acceptation de cette censure par les grands géants du net, que ça soit google, msn ou yahoo tous ont signé le code de bonne conduite sur internet, et efface de leurs référencements les sites jugés dangereux par l’état chinois.

Mais il y a mieux! Quand vous essayez d’accéder sur un de ces sites « illicites » deux cyber-cops très manga et très « mignons » (cf image plus haut) apparaissent à l’écran pour vous dire bonjour et vous informer que vous visitez un site interdit et donc vous dire implicitement que l’état sait ce que vous êtes en train de faire…

Déjà tester dans la ville de Shenzhen avec les petits limiers de la toile Jingjing et Chacha, cette méthode s’est montrée terriblement efficace et a conduit à l’arrestation de nombreux cyberdissidents.

En tout 50 cyberdissidents et 30 journalistes sont emprisonnés aujourd’hui en Chine.

Bien sur le phénomène de la censure ne se limite pas à la chine, ce qui constitue une vrai menace pour la blogosphère et donc pour la libre circulation de l’information et de la pensé.

Néanmoins il existe aujourd’hui des moyens pour contourner cette censure, Psiphon est l’un deux. Ce logiciel permet en effet de simuler la création d’un réseau privé virtuel entre la machine de l’internaute et le serveur de l’éditeur de Psiphon et tout cela via un simple navigateur web.

Ce qui théoriquement permet d’échanger des données sur un site ou un blog sans être détecté, car les ordres sont passés virtuellement à partir du serveur de Psiphon et non pas à partir de la machine de l’utilisateur. Les échanges entre l’utilisateur et le serveur de Psiphon sont aussi chiffrés pour plus de sécurité.

Il reste que ce genre de contournement est lui même gravement puni par la loi en chine et je vous laisse imaginer le sort de celui qui tenterait de l’utiliser…

Pas plus tard qu’hier j’apprenais que le Pentagone avait déclaré que l’armée populaire de Chine avait réussi à pirater le réseau militaire américain et ce à grande échelle obligeant les autorités US à bloquer une grande partie de leur réseau et à revoir tout leur système de sécurité, et cette annonce vient juste après celle qu’avait faite les autorités allemandes lors de la visite d’Angela Merkel en Chine où ils se disaient très inquiets de voir que des pirates chinois avaient accéder à l’aide de « chevaux de Troie » aux réseaux sécurisés allemands.

Bien sur la Chine a nié toute implication dans ces hacks, mais « on » sait que la chine a un fort potentiel militaire et en renseignement ce qui laisse imaginer qu’ils ont pu mener ces hacks et peuvent donc le faire sur des réseaux comme Psiphone pour remonter aux adresses des cyberdissidents et les faire taire pour de bon…

Je vous invite donc mes amis à méditer un peu la chose, et à réfléchir sur la limite entre la modération et la censure. Et surtout pensez par vous mêmes, pour vous mêmes, montrez vous subjectifs, montrez vous subversifs!

Tutu

 







Ma classe maternelle 2007/2008 |
EN TOUTE SERENITE |
Trouvez votre notice ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | passionbulgarie
| aboubakry
| ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...